CODE D’ÉTHIQUE ET DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

POUR LES GESTALT PRATICIENS DANS LES ORGANISATIONS (GPO)

 

Introduction

Ceci est la première édition d’un code d’éthique et de pratique professionnelle pour les Gestalt-Praticiens dans les Organisations (GPO) de l’Association Européenne de Gestalt-thérapie (EAGT). Ce code a deux objectifs : premièrement de définir des valeurs et principes généraux et d’établir des standards de conduite professionnelle pour les GPO et, deuxièmement, celui d’informer et de protéger les personnes qui feront appel à leurs services.

Les Gestalt-praticiens sont tenus de respecter les principes inhérents au code d’éthique et de pratique professionnelle des GPO et sont tenus d’utiliser ce code comme la base d’une bonne pratique plutôt que comme un minimum requis. Ce code vise à protéger tant les clients que les praticiens, en établissant des standards de conduite qui clarifient les limites de la pratique et la responsabilité professionnelle.

L’intention globale du travail du GPO est de permettre à un client individuel ou à une équipe d’accroître ses compétences (formation), d’atteindre son/ses objectifs (coaching), de prendre de bonnes décisions (conseil) et par conséquent d’augmenter son bien-être dans son organisation ou son système ainsi que d’améliorer le fonctionnement de ces organisations et systèmes dans leur ensemble.

Ce code s’applique à tous les membres GPO de l’EAGT au niveau international. Si ce code entre en contradiction avec un code national, le code national prévaut. Ce code est sujet à révision s’il est prouvé inadéquat dans son application pratique comme moyen d’établir des standards de conduite professionnelle.

Le code est divisé en trois sections. La première section donne quelques définitions et la seconde énonce les valeurs et principes qui constituent des droits inaliénables de chaque individu. La troisième section précise les orientations qui permettent de respecter et protéger ces droits.

Chaque membre de l’EAGT signe un code de déontologie dans lequel est prévue une procédure de plainte.

Le comité d’éthique de l’EAGT est responsable de suivre l’évolution du code d’éthique du GPO et des procédures de plaintes pour les organisations nationales et, lorsqu’ils existent, pour les organismes d’accréditation nationaux. L’EAGT encourage et soutient les pays qui ne disposent pas encore de Code d’éthique et de procédure de plainte pour les GPO dans la création d’un tel code en accord avec les standards de l’EAGT dans le respect de la diversité culturelle et des conditions environnementales spécifiques (politiques, légales, etc.)

L’EAGT encourage et soutient également chaque organisation nationale pour établir et maintenir un code d’éthique et de procédure de plaintes pour GPO dans les cas où un tel code n’existe pas encore.

A. Définitions

GPO

Un(e) GPO est un Gestalt-Praticien dans les Organisations, qui a une expérience reconnue et des compétences spécialisées pour l’application de l’approche gestaltiste dans son travail de manager, dirigeant, coach, consultant ou formateur dans les organisations.

Relation professionnelle

Une relation professionnelle existe lorsque la relation est basée sur un accord commercial ou un contrat qui définit la responsabilité de chaque protagoniste. Ce contrat peut être explicite, écrit ou oral. Une attention particulière sera portée aux accords oraux.

Client et commanditaire ou sponsor

Pour clarifier les rôles dans les relations professionnelles, il est souvent nécessaire de distinguer le client du sponsor ou du commanditaire. Dans la plupart des cas, le client, le sponsor et le commanditaire sont une seule et même personne que par conséquent nous nommerons le client ou le système client.

Afin de clarifier l’identification, nous définissons ces rôles comme suit :

  • Client: Le “client” désigne les personnes managées, coachées, conseillées ou formées.
  • Le Commanditaire ou Sponsor: L’entité (et ses représentants) qui paie et qui organise les services à rendre.

Dans tous les cas, les contrats ou accords devront clairement établir les droits, rôles et responsabilités tant pour le client que pour le sponsor ou le commanditaire s’il s’agit de personnes différentes. Si possible, ces contrats ou accords doivent être explicites et écrits.

B. Code d’éthique

Un(e) GPO

  1. traite ses clients avec respect et dignité quel que soit son rôle ou son statut,
  2. respecte la singularité, la valeur et la dignité de l’individu,
  3. accueille avec intérêt et respect la diversité : de race, d’origine, d’ethnicité, de genre, d’identité ou de préférence sexuelle, de handicap, d’âge, de religion, de langue, de statut social ou économique et de besoin de spiritualité,
  4. redonnait l’importance de l’autonomie et de l’autorégulation de l’individu dans le contexte de l’organisation et d’autres relations interpersonnelles.

Le/la GPO qui se trouverait en difficulté avec un des points ci-dessus vis-à-vis d’un(e) client(e), référerait le/la client(e) à un(e) collègue.

C. Code de pratique professionnelle

  1. Publicité et publications

1.1.  Le/la GPO ne fera pas sciemment de déclarations publiques fausses ou trompeuses concernant son offre ou d’affirmation mensongère dans des documents écrits présentant ses références, ses compétences et son expertise.

  1. Compétences

2.1.  Le/la GPO acceptera uniquement les missions pour lesquelles il sait ou devrait savoir qu’il/elle a les compétences requises pour remplir ces missions de manière avantageuse pour le client ou le système client.

2.2.  Si le/la GPO devait découvrir les limites de ses compétences pendant la mission, il/elle pourra recommander un autre professionnel au client ou s’associer lui-même à un ou plusieurs autres professionnels. Si ceci s’avère impossible, le/la GPO mettra un terme au contrat.

2.3.  Un/e GPO ne pratiquera pas de thérapie avec son client, sauf s’il/elle est également Gestalt-thérapeute certifié et si ce changement de posture est clairement approuvé par le client et le commanditaire.

2.4.  Dans les deux cas précédents, la première étape du processus consistera à renégocier le contrat initial avec le client. Pour continuer le travail avec le client, le/la GPO doit prendre les mesures nécessaires pour améliorer ses compétences. Ces mesures peuvent inclure :

2.4.1.   Le/la GPO examine consciencieusement si ses compétences peuvent s’appliquer dans l’intérêt du client dans le domaine prévu de la mission. Si le/la GPO estime que le champ organisationnel, sa structure, ses frontières et les objectifs qui régissent ce domaine se trouvent être de quelque manière que ce soit en contradiction ou trop contraignants au vu du déploiement des compétences requises pour favoriser le processus du client, alors le GPO s’abstiendra de poursuivre toute autre mission dans ce domaine.

2.4.2.    Le/la GPO cherchera du soutien et la clarification de ses difficultés dans les situations problématiques, en dehors de son temps de travail avec des collègues expérimentés.

2.4.3.    Le/la GPO bénéficie d’une supervision régulière lors de laquelle il/elle peut clarifier ses enjeux dans ses interventions et préserver son intégrité.

2.4.4.    Le/la GPO établit et entretient des relations avec ses réseaux de pairs.

2.5.  Le/la GPO évite les activités telles que conférences, interviews dans les médias, séminaires etc. qui pourraient entrer en contradiction avec son éthique.

2.6.  L’approche méthodologique et technique des processus de travail doit être au service des objectifs et des exigences de développement du (système) client, tels que présentés dans le contrat.

2.7.  Engagé dans un processus éducatif à vie, le/la GPO prend soin d’élargir et d’approfondir ses compétences tant professionnelles que personnelles. Le/la GPO est ouvert(e) aux développements importants qui pourraient le/la concerner, que ce soit dans les domaines de la théorie et la pratique de la Gestalt ou dans tout autre domaine  qui puisse être bénéfique à ses clients.

2.8.  Le/la GPO documente soigneusement son travail avec ses clients et respecte les prescriptions nationales concernant la durée de conservation des documents et les mesures de sécurité exigées.

  1. La relation client – praticien (C/P)

3.1.  La relation C/P est une relation professionnelle dans laquelle la préoccupation principale du praticien est le respect du bien-être de son client et de son organisation.

3.2.  Le/la GPO reconnaît l’importance de la relation pour l’atteinte des objectifs et est conscient du pouvoir et de l’influence, ainsi que des questions de dépendance intrinsèques à cette situation. Le/la GPO se conduira de manière cohérente avec cette reconnaissance et n’abusera ni n’exploitera les clients d’aucune manière, pour son avantage personnel ou celui de toute autre personne ou institution.

3.3.   Le/la GPO vérifiera que ses autres relations ou engagements extérieurs ne sont pas en conflit avec les intérêts de son client. Dans le cas d’un tel conflit d’intérêts, il est de la responsabilité du GPO de les révéler au client et au commanditaire et de prendre les décisions qui s’imposent pour trouver une solution.

3.4.  Le/la GPO s’assure que ses relations préexistantes lorsqu’il/elle était salarié, parmi ses amis proches, sa famille ou ses voisins n’interfèrent pas avec ses activités actuelles.

  1. Confidentialité

4.1.  Tous les échanges entre le/la GPO et son client sont considérés comme confidentiels.

4.2.  Dans le cas où le client n’est ni le commanditaire ni le sponsor, l’échange d’informations à propos du client ou du processus avec le commanditaire ou le sponsor devra faire l’objet d’un accord préalable explicite.

4.3.  L’enregistrement de données personnelles concernant le client, y-compris les prises de notes, est soumis à la réglementation professionnelle légale.

4.4.  Le/la GPO vérifie qu’aucune information personnelle identifiable ne soit transmise par des réseaux confidentiels pouvant se recouper, tels que la supervision,  les échanges de mails, conférences ou articles.

4.5.  Quand un(e) GPO souhaite utiliser des informations précises obtenues durant le travail avec un client ou un système client, la permission du client et celle du commanditaire seront requises et ceci pourra se faire seulement si l’obtention de cette permission n’est dommageable ni à l’un ni à l’autre et que l’anonymat est strictement respecté concernant les noms, les données, etc.

4.6.  Lorsqu’un(e) GPO souhaite utiliser des informations spécifiques pour des études de cas, des rapports ou des publications, il/elle obtiendra le consentement préalable chaque fois que cela sera possible et devra s’assurer de protéger l’anonymat du client.

4.7.  La prise de vidéos, de films, de photos et d’enregistrements audio requièrent la permission écrite du client ou celle de son représentant légal, ainsi que la permission du commanditaire ou du sponsor.

4.8.  Le/la GPO respectera les lois de son pays concernant la protection des données personnelles.

4.9.  Le/la GPO se doit de respecter ses obligation légales de témoigner au tribunal, après en avoir averti le client.

4.10.Si le/la GPO a un doute légitime concernant la sécurité de son client et/ou son environnement, ceci peut motiver sa décision d’enfreindre la règle de confidentialité et d’informer les représentants de la loi ou les professionnels qui seront le mieux à même d’intervenir pour prévenir les dangers ou risques supposés. Le/la GPO doit informer le client de sa décision.

  1. Engagement contractuel avec un client

5.1.  Tout contrat passé entre un(e) GPO et un client, un commanditaire ou un sponsor est contraignant pour les deux parties, qu’il soit écrit ou oral.

5.2.  Les contrats avec les clients, les commanditaires ou les sponsors, qu’ils soient écrits ou oraux, sont explicites concernant les tarifs, les modalités de paiement, le lieu, la suspension et l’annulation de la mission par le client ou le/la GPO.

5.3.  Tout changement dans les conditions susmentionnées requiert la renégociation du contrat d’origine.

  1. Sécurité

6.1.  Le/la GPO prendra toutes les mesures adaptées pour assurer que le client ne subisse aucun préjudice physique et/ou psychologique, que ce soit pendant ses interventions ou du fait de ses interventions.

6.2.  Un(e) GPO est tenu(e) de veiller à ce que son travail professionnel soit correctement couvert par une assurance responsabilité civile appropriée (lorsque celle-ci est disponible dans son pays).

  1. Clarification du positionnement des GPO dans la société

7.1.  La recherche : Le/la GPO est prêt à coopérer avec les travaux de recherche ainsi qu’à y contribuer, en privilégiant ceux qui jouent un rôle déterminant dans le développement de la profession. De plus, il rend accessible ses propres travaux à la communauté des GPO. Dans tous les cas, le respect de la confidentialité et du respect des clients est primordiale.

7.2.  Dans le cadre de ses propres travaux de recherche, le/la GPO respecte les règles protégeant le travail de ses collègues ; toutes les règles de propriété intellectuelle seront respectées.

7.3.  Le/la GPO respecte, y compris en public, les travaux de ses collègues et s’abstient de faire des remarques désobligeantes concernant d’autre modèles théoriques, d’autres écoles ou des collègues occupant d’autres rôles professionnels.

7.4.  Les aspects politiques du travail en organisation : Le/la GPO est conscient des implications politiques et sociales de son travail ainsi que des aspects politiques et sociaux qui influencent les contextes des clients, des systèmes client et des organisations.

7.5.  Si les conditions venaient à ne pas être respectées, le/la GPO doit envisager le signalement de ces violations au comité éthique pour obtenir son avis.

  1. Formation et sensibilisation à la Gestalt dans les organisations.

8.1.   Son but est d’informer les participants sur les évolutions théoriques, méthodologiques et techniques du travail en organisation en général et avec l’approche gestaltiste en particulier, de manière objective et compréhensible. Les opinions personnelles des enseignants doivent être présentées comme telles. La reconnaissance officielle de la formation par la loi et les autorités nationales ne fera l’objet d’aucune attente excessive.

8.2.  Les instituts de formation à la Gestalt confirmeront les qualifications, les attentes et l’adéquation psychophysique des candidats et fourniront une information claire et complète sur les programmes et le règlement intérieur.

8.3.  Les instituts de formation à la Gestalt garantissent la qualité de la formation tant sur le plan de la compétence spécifique des enseignants et des superviseurs que sur la cohérence des programmes. Ils contrôlent en interne afin de vérifier la qualité de la formation et créent le temps et l’espace nécessaire pour la mise à jour et la comparaison des méthodes d’enseignement.

8.4.  Le/la GPO n’enseignera pas dans un institut qui ne respecte pas le code de déontologie des GPO.

8.5.  Les instituts de formation à la Gestalt vérifieront régulièrement si les étudiants ont acquis un niveau suffisant de formation pour pouvoir être certifié GPO à l’avenir ; ils fournissent des structures adaptées et transparentes pour ce faire.

8.6.  Les instituts de formation à la Gestalt vérifient et garantissent le niveau personnel didactique, clinique et scientifique adéquates de leurs formateurs.

  1. Conflits d’intérêts

9.1.  Si le/la GPO se trouve en conflit entre différentes positions éthiques ou exigences et ne peut résoudre ce conflit ni seul ni avec l’aide de l’intervision ou de la supervision, il/elle en réfère au comité éthique de son institution ou de son association professionnelle pour recevoir le soutien nécessaire.

9.2.  Il est recommandé de chercher le soutien ou l’avis de comité éthique de l’EAGT/GPO et de tenir ce dernier informé.

  1. Procédures judiciaires

10.1.  Tout(e) GPO membre de l’EAGT qui se trouve condamné devant les tribunaux pour toute infraction pénale à l’encontre d’un client ou qui est sujet d’une procédure civile gagnée par un client informera le comité exécutif de l’EAGT.

 

 

Rotterdam, le 17-03-2015
Traduction de l’anglais par Sonia Weyers et Anne Berthelin